Choc culturel alimentation des bébés Canada vs. France

L’autre jour, par pur hasard, Youtube me mettait cette vidéo dans la liste des suggestions. J’ai été immédiatement intriguée et je l’ai écoutée. Je dois vous avouer que j’ai été stupéfaite, surprise, étonnée, déconcertée et même choquée.

Après avoir consulté la source (Institut pasteur de Lille, quand même pas des idiots…), la date du publication (2014, ce n’est quand même pas 1984), j’étais sidérée! Comment les bébés français peuvent-ils être si différents de bébés québécois?

Je suis donc allée consulter le site français officiel en matière de nutrition Manger Bouger puis j’ai entrepris de discuter avec plusieurs mamans francaises afin de m’assurer que les informations du vidéo étaient crédibles…et bien oui, elles l’étaient.

Mon but en écrivant cet article n’est pas de dénigrer les façons de faire françaises 🙂

J’essaierai de ne pas me positionner , je tenterai seulement de vous faire part des différences entre la France et le Canada et les points communs. Vous verrez, certaines différences sont marquantes et il est parfois difficile de savoir laquelle des deux mentalités est la meilleure.


4 à 6 mois


journée 4-6 moisDans la vidéo, on parle de diversification alimentaire à 4 mois. Par contre, sur Manger bouger, on parle plutôt de 6 mois. On voit donc qu’il y a probablement une transition qui s’effectue. Au Canada, on recommande de diversifier à 6 mois, point.

On parle d’écouter son bébé et de le laisser réguler son appétit. France et Canada sont d’accord!


6-8 mois


journée 4-6 mois

Au Canada, on recommande de débuter par des aliments riches en fer (viande, oeufs, tofu et céréales pour bébé enrichies en fer) alors qu’en France on recommande les légumes d’abord puis les fruits et enfin la viande en petite quantitié.

Vous pouvez commencer à introduire des légumes dès le 6èmemois : dans le biberon de lait ou en complément de la tétée. Si vous nourrissez votre enfant au biberon, commencez par remplacer l’eau du biberon par l’eau de cuisson des légumes, sans y ajouter de sel.

Au Canada, rien d’autre que du lait dans un biberon…jamais rien d’autre, même pas du jus ou des bouillons, du lait un point c’est tout! Et surtout pas de farines ou de céréales…c’est l’interdiction NUMÉRO 1 de Santé Canada!

Manger Bouger dit que : c’est la période durant laquelle les lipides sont nécessaires pour le développement du système nerveux. Les apports en graisses ne doivent pas être réduits à ce moment-là. D’ailleurs, le lait maternel est extrêmement riche en lipides. L’usage de laitages allégés n’est pas recommandé. De plus, on peut ajouter des graisses d’assaisonnement dans les plats comme les légumes ou purées.

On est d’accord 🙂

À cet âge-là, le lait reste l’aliment de base : votre enfant doit continuer de boire au moins 500 ml de lait par jour. À vous de choisir si vous continuez d’allaiter ou si vous passez aux biberons de lait infantile deuxième âge.

De 6 à 7 mois, ajoutez un peu de viande ou de poisson mixés dans une purée de légumes « maison » (environ 1 cuillère à café). De 7 à 8 mois, vous pouvez proposer, chaque jour : 10 g (soit 2 cuillères à café) de viande mixée ou de poisson mixé, et 1/4 d’œuf cuit dur.

Si on compare, on trouvera que les lignes directives sont beaucoup plus présentes chez nos amis français versus chez nous au Canada. En effet, depuis 2013, Santé Canada et les divers organisme de santé disent aux parents canadiens d’offrir à leurs petits de 6-12 mois une alimentation équilibrée riche en fer et de laisser les petits gérer leurs portions en fonction de leur appétit.

(+) Voir un résumé des recommandations canadiennes


9-12 mois


journée9-12 lait infantile

(9-12 mois) À cet âge, vous pouvez également donner un peu de fromage à votre enfant. Laissez-le le prendre avec ses doigts pour qu’il puisse apprécier sa texture avant de le mettre en bouche. 

Au Canada, depuis 2013,  on propose plutôt d’offrir les produits laitiers transformés (yogourt, fromage) avec modération dès 6 mois.

Dans les deux cas, le lait occupe une place prédominante. Seule question demeure….Pourquoi parler uniquement de lait infantile chez les français alors qu’au Canada on recommande l’allaitement maternel exclusif de la naissance à six mois et la poursuite de l’allaitement maternel, avec une alimentation complémentaire adéquate, jusqu’à l’âge de deux ans ou plus.


13-36 mois


13-36

tableau nutrition france

On voit une tendance marquée chez les français à offrir des purées lisses pendant des périodes prolongée et on conseille même de continuer à mouliner ou à mixer les aliments au-delà de 12 mois.

Au Canada, on conseille aux parents d’introduire les textures grumeleuses au plus tard à 9 mois et lorsque le jeune enfant a atteint l’âge de 12 mois, on recommande lui offrir une variété d’aliments consommés par la famille, ayant une texture modifiée, tels que des aliments tendres broyés, écrasés ou coupés. Entre l’âge de 12 à 18 mois, les jeunes enfants progressent vers l’assiette familiale. 

La majeure partie de petits canadiens consomment du lait de vache et délaissent les laits infantiles aux alentours de 12 moisEn France, on conseille aux parents de ne pas offrir de lait de vache avant 3 ans.

La dernière chose qui m’étonne c’est qu’ici les 24 mois et plus suivent le même guide alimentaire canadien que les adultes (portions modifiée) alors qu’on traite les 24-36 mois comme étant une classe à part ayant des restrictions alimentaires précises (légumineuses, eau, fruits, lait spécial, portion d’oeuf…)


Dernières remarques…


Au fil des discussions avec plusieurs lectrices, il en ressort également quelques points que j’aimerais mentionner.  Ce sont bien évidemment des généralisations tirées de nos discussions et non pas nécessairement la vérité absolue, mais je crois qu’elles sont pertinentes.

  • L’utilisation du biberon se fait généralement jusqu’à l’entrée en maternelle (2-3 ans) en France alors qu’au Canada la plupart des parents cessent le biberon au passage au lait de vache vers 9-12 mois. De plus, Santé Canada mentionne que le passage du biberon à la tasse ouverte devrait se faire vers l’âge de 12 mois.
  • En crèche, on remarque une tendance à offrir des purées jusque vers 18 mois et parfois plus alors que la plupart des bébés canadiens (DME ou pas) mangent des petits morceaux dès leur entrée en garderie vers 12 mois.

Finalement, j’en viens à penser qu’il est crucial…peu importe notre origine et notre méthode d’être à l’écoute des besoins de notre enfant et de lui offrir une variété de saveurs, de texture et une alimentation équilibrée. Qui dit faux, qui dit vrai…belle question 😉

Je vous laisse en vous parlant de mon dada des derniers temps…la chose qui me fait le plus sourire!  À chacuns ses obsessions : En France, on surveille l’apport en matières grasses et en HUILES et on demande même aux parents d’ajouter 1 c. café d’huile dans les purées de bébé et de varier les huiles. Je dois vous avouer que ça m’a surpris puisqu’au Canada, on ne parle JAMAIS d’huile pour les bébés…On dit de donner des sources de matières grasses et on recommande de donner du lait de vache 3,25% (le plus gras) aux enfants de 12-24 mois, mais jamais une maman québécoise n’a mis d’huile dans ses purées….Au Canada, c’est le FER** qui nous obsède alors que les françaises n’ont jamais même réfléchi à l’apport en fer de leurs nourissons 🙂  Tout de même un peu absurde, non?

** J’ai une explication pour le fer par contre : En France, la majorité des bébés de 6 mois ne sont plus allaités (les laits artificiels sont enrichis en fer) alors qu’au Canada une grande proportion des bébés sont allaités. De plus, on donne des laits infantiles (enrichis en fer) aux moins de 3 ans en France alors qu’ici beaucoup de bébés ne reçoivent pas/jamais de laits enrichis en fer et passent du lait maternel au lait de vache.


Sources :

Programme national Nutrition Santé (France)

Institut Pasteur Lille (vidéo)

La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois (Canada)

 

Publicités

19 réflexions sur “Choc culturel alimentation des bébés Canada vs. France

  1. Maman française du premier bébé, je ne connais même pas les recommandations. Effectivement, on n’est pas obsédé par le fer. Il faut dire qu’ici la norme c’est le lait en poudre. On commence à nous regarder de travers vers 4-6mois d’allaitement… Je fais la dme depuis 3semaines avec bébé qui a bientôt 7mois. Ma belle-soeur en « traditionnel » et lait en poudre depuis la naissance. Son bébé mange encore du très lisse à 8 mois. Je pensais qu’il aurait dû être rendu à un peu moins lisse que ça, d’autant plus qu’il a commencé un peu avant ses 4mois. Bledine (farine pour bébé) dans le biberon aussi pour caler bébé. Quasiment plus de lait d’ailleurs, remplacé par des petits yaourts spécial bébé (de la cochonnerie bourrée de sucre comme tous les aliments industriels pour bébés ici). Bébé est « gavé » à la cuillère parce qu’il faut qu’il mange. (Elle m’a dégouté de la diversification traditionnelle)
    Je suis bien contente de suivre (sans le savoir) les directives canadiennes car mon bébé va a son rythme. Il est allaité et au lait en poudre (hypoplasie mammaire). Il boit à la demande et mange comme il en a envie du frais bio en morceaux.
    On n’est pas à jour en France. On est sur le vieux continent donc on est resté à la masse. Oui malgré les nouvelles recommandations, les pro de santé, pour la grande majorité, préconisent la diversification à 4mois. Il paraît que c’est une question de culture (et pas de maturité des intestins, les bébés français sont apparemment fait autrement que les autres dans le monde 😂)

    1. Je suis totalement d’accord avec vous! Je suis française et je suis enceinte de 7 mois de mon premier bébé, autant dire que je découvre complètement les recommandations françaises… et je m’en étonne souvent!
      Autant je ne porte pas de jugement sur l’allaitement au sein/au tire-lait/au biberon avec poudre pcq je pense que le principal est avant tout d’être à l’aise avec la méthode choisie et de faire du repas un moment de sérénité et de douceur; autant j’ai l’impression que quand on commence à parler de diversification, on est restés au stade du « gavage » chez nous! Il faut que les enfants mangent, ils faut qu’ils prennent du poids et il faut que ce soit pratique et que ça aille vite! Et d’ailleurs on adore les « il faut » et « il ne faut pas ». Je tombe sur des listes d’aliments autorisés au début de la diversification que je trouve très réductrices… et que je ne suivrai pas! Autant effectivement il faut se méfier des aliments potentiellement allergènes, autant je ne vois pas le mal partout! Ca par contre j’ai l’impression que c’est récent et qu’on donnait plus volontiers toutes sortes d’aliments aux bébés il y a 20 ou 30 ans par exemple.. je me trompe peut être. Et comme j’ai l’impression que ça change tout le temps, et surtout d’un professionnel à l’autre, au final on a dans tous les cas le sentiment de mal faire…
      Du coup je pioche à gauche à droite, dans d’autres cultures, dans des retours de maman. Je finirai peut être pas trouver la ligne de conduite qui me plaira.. mais plaira-t-elle a ma poupette? 🙂
      A titre personnel je suis très intéressée par la DME..mais il va falloir convaincre le papa! Et ce qui me dérange surtout c’est que je ne sais pas si notre future nounou se sentira d’appliquer cette méthode et surtout si j’aurai suffisamment confiance en elle pour la laisser faire… et on revient à la question d’une force de mixité.
      J’ai encore le temps d’y réfléchir mais je sens que ça ne va pas être un choix facile…

  2. Quand mon petit garçon de 12 mois ne prenait plus de poid la première chose que le médecin et la nutritionniste ont dit, c’est d’ajouter de l’huile directement dans son assiette et de varier les huiles! Ce fut la seule recommandation. Et petit garçon a repris sa courbe de croissance peu de temps après !

  3. Comme quoi il n’y a pas de façon idéale. Française au Québec j’ai eu mon premier bébé récemment, et sur pleins de sujets c’est la guerre avec les Québécoises (me suis déjà faite insultée sur des groupes FB parce que je porte Bébé au dos avant 6 mois par exemple).
    On oublie trop souvent que les recommandations et règles sont là pour donner des repères et que c’est ensuite à chacun de juger de ce qu’il a à faire. Ma fille aura 4 mois dans quelques jours, super curieuse elle saisie des aliments sur la table et je la laisse déjà les porter à sa bouche (cornichons, pomme, carotte, concombre…) pour qu’elle les suçote. Là encore je me suis faite allumer par des Québécoises comme quoi « NON santé Canada dit que… ».

    HEY on peut tu me laisser prendre mes propres décisions ? On peut tu faire un peu plus confiance aux parents et à leur instinct ?

    1. Je suis d’accord avec toi, mais j’aimerais nuancer… Les recommandations sont oui des lignes directrices, mais il ne faut pas non plus oublier qu’en général elles découlent d’études scientifiques et qu’il y a souvent une raison médicale derrière *la plupart* de ces grandes lignes. Je ne dis pas que TOI tu mets en danger la santé de TON enfant ;)… Je dis juste qu’il y a une proportion de mamans qui clament haut et fort suivre leurs instincts, mais qu’au fond beaucoup d’entres elles ne connaissent pas les raisons médicales sous-jacentes aux recommandations!

  4. Merci pour cet article, et le blog en général 🙂 . J’adore te lire.
    Je suis une maman française, et mis à part l’allaitement qui s’est arreté vers ses 13 mois , pour ma fille de 3 ans j’avais dû suivre plus ou moins les recommandations alimentaire française en suivant les conseils de mon généraliste sans me poser plus de questions que ça et ça ne lui a pas réussi. Je ne sais pas si je suis plus à l’écoute de mon fils de 10 mois, ou si je suis plus (moins) inquiète, … bref j’ai changé sur le plan alimentaire et aujourd’hui je ne suis plus les recommandations, je me fais confiance et lui fait confiance, il est en DME et même à la crèche elles ont rarement vu un enfant aussi épanoui à table 🙂 . Pour Emy je ne me posais pas la question du fer, par contre pour Andy j’étais en psychose et j’ai beaucoup cherché quoi lui donner enrichi en fer.
    Tout ça pour dire que je pense qu’il ne faut pas suivre aveuglement les recommandations.
    Merci encore pour ton blog, tes recherches, expériences, …
    Belle journée!!

  5. je vous rassure moi maman française troisième bébé allaité et premier en DME(quel bonheur). il ne m est jamais venu a l idée de mettre de l huile dans les plats de mes bébés. je trouve bizarre il nous font tout un poème sur les huiles cuites a éviter et il faudrait en ajouter /: .et de manière générale l allaitement progresse au seins même des maternité.beaucoup de maman ici reprennent le travail au six mois de leur enfant et sont effrayée par le sevrage de leur enfant.je pense que c est ce qui les freine .merci pour cet article très complet

  6. Je suis allée en France cet été avec mon bébé de 10 mois qui faisait de la DME depuis ses 6 mois et tous étaient très étonnés de voir qu’il mangeait de tout et avec appétit! Fruits, légumes, fruits de mer, poissons, volailles, oeufs, etc. Partout où nous allions, on nous offrait des Boudoirs, couverts de sucre pour le petit et des produits Nestlé. Des Danettes, de la purée sucrée, des chouquettes. Du sucre partout!! Et cette manie d’offrir des coquillettes et du jambon blanc aux enfants, alors que les adultes mangent autre chose m’a également choquée. Je vois toutes les mamans ici, qui ont un plus long congé de maternité, ça aide, faire leurs purées maison avec des légumes bio et préparer des galettes avec des céréales pour bébé, alors qu’en France les gens achètent des produits bourrés de sucre, c’est dommage. MAIS les enfants boivent de l’Evian! L’eau du robinet c’est poison.

  7. Je suis belge, on est sûrement a la même enseigne que les français, je suis un mouton noir ici, accouchement a domicile, cododo, allaitement exclusif, dme,…
    Mais je pense que tout ça est a mettre en parallèle aussi avec les congés de maternité, qui ne dure que de 2 à 3 mois et demi après l’accouchement dans nos contrées… Les enfants vont en crèche plus tôt, les puéricultrices veulent que tous les enfants soient a la même enseigne etc.

  8. Les Françaises ont 3 mois de congés maternités versus 1 an au Canada… donc problème de garde et fin d’allaitement obligatoirement plus tôt !
    Après zéro pub pour la malbouffe quand les enfants sont devant la TV en France, le Canada se penche sur le lien avec l’obésité…

  9. Une petite précision, ces vidéos de l’institut pasteur ne sont PAS les recommandations officielles françaises !
    L’institut pasteur est une fondation privée, qui travaille sur les maladies infectieuses et non pas sur le développement du nourrisson, bref ils sont à mille lieux de ce domaine.
    les recommandations officielles , c’est à dire celles de la HAS (haute autorité de santé) et le PNNS (plan national nutrition santé) sont très claires et n’ont pas bougé depuis des années : diversification possible à 4 mois révolus, mais RECOMMANDÉE après 6 mois révolus

    Tout organisme ou toubib disant le contraire va totalement à l’encontre de ces recommandations
    par contre il est vrai que c’est encore malheureusement très souvent le discours des professionnels de santé ici ….

  10. Bonjour,

    A mon avis, c est le lobbing des fabricants de petits pots qui fait qu en France on recommande la diversification si tôt et les morceaux si tard… Histoire d allonger la période pendant laquelle les gens achète des petits pots. Idem pour les fabricants de lait infantiles, avec la recommandation jusqu’à 3 ans du lait de croissance. En France, les commerciaux de ces grandes enseignes se retrouvent dans les salles d attente des pédiatres.

  11. Alors, maman d’une petite puce de 4.5 mois, la pédiatre nous a expliqué les différentes recommandations françaises. L’un des grands chefs de Trousseau, un hôpital reconnu pour ses accouchements « modernes », recommence à prôner la diversification dès 4.5mois. Ma pédiatre penche plutôt pour 5 mois, 5.5mois, et la HAS reste toutefois sur 6 mois.

    mais comme cela a été évoqué plus haut, les gardes commencent tôt, trop tôt, et essayer d’expliquer la DME reste certainement compliqué. J’aimerais arriver à le faire avec ma nounou, mais je ne sais pas encore comment y arriver, car elle n’a pas le droit d’avoir des chaises hautes.

  12. Ah tiens, cet article fait tellement écho à mes pensées ! Je suis bien triste de ne pas être candienne depuis quelques temps…. Ma puce a 8 mois, elle est toujours allaitée et elle mange en DME… Autant dire qu’on me regarde de travers ! Le pire, à 5,5 mois, quand on a annoncé à la pédiatre qu’on souhaitais suivre les recommandations (notamment de l’OMS c’est le seul sigle que je retiens, mais tous les organismes sont d’accord sur ce point) et rester sur de l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, puis passer en DME quand la puce serai prête, celle ci nous as dit que « NOUS les pédiatres on pense que la DME c’est n’importe quoi » et que « les indications de l’OMS c’est à destination des pays défavorisés, ils n’ont pas accès à de bon aliments alors le lait maternel est meilleurs, mais chez nous ce n’est pas valable IL FAUT diversifier ». Et le must, mettre la faible prise de poids récente sur le dos de l’allaitement exclusif, parce qu’on sait bien qu’une carotte c’est bien plus calorique que le lait maternel, alors que ma puce à été malade deux semaines avant…. Bref n’importe quoi c’est affligeant. Et absolument aucune indication sur le fer ! Les céréales infantiles par chez nous sont enrichies en vitamines B1 on sait pas trop pourquoi, et elles sont à destination du biberon pour caler bébé et qu’il ne se réveille pas la nuit…
    Aaaah vive la France :/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s