Entrevue avec une nutritionniste

15902436_10154184261935108_1341320045_o

Voici une entrevue en 3 parties avec Sophie Morel, nutritionniste et maman de 2 enfants qui ont découvert les aliments avec la DME. Elle m’a accordé une entrevue, car elle souhaite contribuer à la diffusion d’informations fiables et de qualité au sujet de cette méthode.

1re PARTIE – LA POSITION DES NUTRITIONNISTES SUR LA DME

En tant que nutritionniste, que penses-tu de la nouvelle mode de DME?

Je vois cette nouvelle mode comme étant pleine de bon sens, car elle permet de respecter l’autonomie du bébé, des ses instincts et de ses signaux de faim et de satiété. Les récentes recherches et publications sur le sujet ont permis d’élaborer de la théorie et de définir la méthode, mais est en fait, elle est vieille comme le monde et a cours dans bien des pays sur la planète.

Dans notre société moderne, nous avons parfois de la difficulté à faire confiance aux bébés…pourtant, ils sont capables dès la naissance de s’alimenter par eux-mêmes si on leur donne l’occasion de téter! Si on leur laisse la chance, les bébés ne perdront pas cette capacité d’autonomie pour l’alimentation.

Par contre, pour assurer une introduction sécuritaire et adéquate des aliments avec la DME, il est essentiel de bien se renseigner avant de débuter. Il est aussi pertinent de valider l’état de santé de votre bébé avec un professionnel de la santé. La méthode telle quelle n’est pas indiquée pour tous les bébés (par exemple : prématurité, retard moteur, alimentation déséquilibrée des parents…). Certaines adaptations sont parfois nécessaires et c’est là que les nutritionnistes peuvent particulièrement aider.

15909152_1471471376220087_760114855_o

Quelle est la position des autres nutritionnistes sur la DME ?

Je ne peux pas parler au nom de toutes les nutritionnistes œuvrant auprès des bébés et des familles. Ce que j’ai pu constater, c’est qu’il y avait beaucoup de réticences et d’inquiétudes quand le phénomène est arrivé au Québec il y a 4 ou 5 ans. Certaines nutritionnistes se sont même clairement positionnées contre la méthode !

Cependant, avec la sortie de nouvelles études sur le sujet, les craintes se sont peu à peu dissipées. De plus, les nouvelles recommandations de Santé Canada sur la nutrition du nourrisson ont mis en lumière l’importance de permettre aux bébés de découvrir les textures rapidement. Cela inclut, pour un bébé né à terme et en santé, d’offrir des aliments à manger avec les doigts dès 6 mois.

Depuis, de plus en plus de nutritionnistes offrent des ateliers, font des consultations privées et même écrivent des livres en lien avec la DME !

Les principales nutritionnistes offrant de la formation sur la DME sont :

Un réseau de nutritionnistes a même été créé! Il arrive aussi que le sujet soit abordé dans les ateliers de purées/introduction des solides en CLSC.

henrick10mois2

Pourquoi est-ce qu’il y avait des craintes ?

Les principales craintes formulées sont celles qui reviennent souvent chez les parents : étouffement, risque de carence en fer, gain de poids insuffisant et introduction des allergènes. Elles étaient en lien avec les connaissances et les recommandations en vigueur à cette époque. De plus, les études qui étaient publiées mentionnaient de faibles apports en énergie et en fer chez les bébés qui faisaient la DME. Dans ces études, les parents offraient principalement des fruits et des légumes, ce qui explique les résultats obtenus! En ce qui concernent les risques d’étouffement, les récentes études semblent démontrer qu’il n’y aurait pas plus d’étouffement avec la DME, en autant que les aliments offerts et les conditions du repas soient adéquats.

Il faut aussi penser que les recommandations en matière d’introduction des solides ont beaucoup changé. L’Organisation mondiale de la santé a revu sa position en 2003, amenant la durée de l’allaitement exclusif à 6 mois (versus 4 à 6 mois avant). Au Canada, cette position a été revue en 2014 et tous les changements de pratique ne sont apparus dans le Mieux Vivre qu’en 2016! On y propose, entre autre, de commencer avec des aliments riches en fer et de ne pas retarder l’introduction des allergènes.

Avant 2014, on suggérait encore de suivre un calendrier d’introduction des solides et de passer par les différents types de purée avant de donner des morceaux. On introduisait donc les aliments complémentaires chez un bébé de 6 mois comme s’il en avait 4. En introduisant les solides vers 6 mois, tel que le suggère les dernières recommandations, il devient plus adéquat de donner des aliments à prendre avec les doigts dès le début. En effet, ces recommandations tiennent compte de capacités motrices et orales d’un bébé de 6 mois et encourage son autonomie.

Un mot pour conclure ?

Il importe de se renseigner adéquatement et d’attendre que bébé soit vraiment prêt avant de débuter l’introduction des aliments par l’alimentation autonome. Il faut bien planifier cette étape importante pour votre bébé afin de prévenir les carences et les étouffements. Ensuite, vous aurez le bonheur de le voir découvrir le monde des saveurs et des textures en toute confiance !

(+) Lectrices des environs de Montréal, inscrivez-vous au prochain atelier de Sophie Morel sur l’alimentation autonome.


 

À venir :

2e partie – La prévention des carences

3e partie – Et les purées dans tout ça?


sophie-morel

www.facebook.com/SophieMorelDuneMereALautre

www.sophiemorel.com

Sophie Morel se passionne pour la périnatalité. En plus d’être nutritionniste, elle est monitrice de portage, marraine d’allaitement pour Nourri-Source Montréal et étudiante IBCLC. Elle offre des services pour la période périnatale : grossesse, allaitement, introduction des solides, alimentation des tout-petits. Elle souhaite transmettre de l’information fiable et de qualité afin d’outiller les mamans pendant cette période de grands bouleversements.


Références : (liste non-exhaustive)

CAMERON, S.L., HEATH, A.-L.M, TAYLOR, R.W. « Healthcare professionals’ and mothers’ knowledge of, attitudes to and experiences with, Baby-Led Weaning: a content analysis study », BMJ Open, 2012, 2, e001542.

D’ANDREA, E., JENKINS, K., MATHEWS, M., ROEBOTHAN,B. « Baby-led Weaning: A preliminary Investigation », Canadian journal of Dietetic Practice and Research, 2016, 77(2), p.72-77.

DISPENSAIRE DIÉTÉTIQUE DE MONTRÉAL, « Que penser de l’alimentation autonome du bébé (Baby-led weaning) ? », 2015, repéré à http://www.dispensaire.ca/article/alimentation-autonome-baby-led-weaning-introduction-solides-bebe-doigt/ .

ENFANTS QUÉBEC, « L’alimentation autonome du bébé », 2013, repéré à http://enfantsquebec.com/2013/08/25/ils-disent-adieu-aux-purees/ .

OMS/UNICEF. « Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant », Organisation mondiale de la Santé. Suisse, 2003, 36 pages.

NOS PETITS MANGEURS, « L’alimentation autonome du nourrisson ou baby led weaning, c’est quoi au juste? », 2014, repéré à http://www.nospetitsmangeurs.org/lalimentation-autonome-du-nourrisson-ou-baby-led-weaning-cest-quoi-au-juste/ .

SANTÉ CANADA, SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE, DIÉTÉTISTES DU CANADA, COMITÉ CANADIEN POUR L’ALLAITEMENT. « La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois », Santé Canada, 2014, repéré à http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/infant-nourisson/recom/recom-6-24-months-6-24-mois-fra.php.

RAPLEY, G., MURKETT, T. « Baby-led Weaning – The Essential Guide to Introducing Solid Foods and Helping Your Baby to Grow Up a Happy and Confident Eater », New York, NY, The Experiment, 2010, 239 pages.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s