Alimentation et tempérament

Pourquoi mon fils grimace autant à chaque nouvel aliment quand ma fille prenait plaisir à les découvrir? Pourquoi le bébé de mon voisin fait d’immenses crises à chaque repas quand celui de ma soeur ne manifeste presque aucune réaction devant son assiette? Plusieurs parents cherchent la réponse dans leurs propres comportements quand finalement, ce n’est pas une question d’environnement mais plutôt de tempérament de leur enfant.

Le tempérament se définit en tant que dispositions fondamentales d’une personne modulant son style d’approche aux autres et ses réactions à diverses situations données. En d’autres mots, c’est un peu comme le numéro de série de chaque humain. On ne choisit pas un tempérament; on arrive tous avec ce « petit bagage » qui nous est propre et nous évoluons avec lui.  (Source: Parent qui Apprend).

Quel est donc le lien entre le tempérament et l’alimentation? Le tempérament se remarque par différentes caractéristiques tel que l’intensité des réactions, l’adaptabilité, le seuil de réactivité sensorielle et la durée d’attention.

Intensité des réactions: Certains bébés seront très expressifs. Ils réagiront donc avec une grande intensité, peu importe la situation et d’autres seront toujours un peu plus inhibés C’est pourquoi un bébé peut s’exclamer de rires ou de pleurs devant son assiette et qu’un autre ne réagisse pas du tout. Ça n’a pas de lien direct avec le contenu de cette assiette, c’est simplement leur manière unique de s’exprimer.

L’adaptabilité: Il y a des bébés qui s’adaptent vite et d’autres plus lentement. Si un bébé peut sembler être un champion de sa diversification après 2 repas, un autre peut avoir besoin d’explorer beaucoup plus longtemps avant de s’adapter à cette nouveauté qu’est l’alimentation. Ce n’est pas le parent qui est coupable ou pas de bien ou de mal s’y prendre pour présenter les repas, c’est simplement l’enfant qui a un rythme bien à lui! Laissez-leur le temps nécessaire à s’adapter en continuant à proposer les repas sans se décourager!

Le seuil de réactivité sensorielle: Il y a de ces bébés qui réagiront à toute stimulation sensorielle et d’autres qui ne sont pas dérangés de rien. Les textures, les saveurs et les températures variées qu’offrent les aliments sont très riches et peuvent faire réagir beaucoup les bébés qui ont un seuil de réactivité plus bas, c’est-à-dire une tolérance plus limitée aux différentes sensations. Ces bébés peuvent donc grimacer d’avantage et prendre plus de temps à accepter et tolérer les aliments. Proposez-leur les mêmes aliments plusieurs fois pour les habituer et évitez de trop varier les textures au sein d’un même repas.

La durée d’attention: Certains bébés maintiennent une attention soutenue très longue à une même activité et d’autres sont beaucoup plus vite passés à autre chose. C’est une caractéristique du tempérament auquel le parent doit s’adapter: les bébés qui ont une durée d’attention plus limitée auront parfois besoin d’aide supplémentaire pour maintenir leur intérêt à une tâche, par exemple en ayant différentes possibilités d’aliments servis un à un et l’ajout de couverts pour maintenir l’intérêt.

En guise de conclusion, je vous rappelle que chaque enfant est unique et que bien que le parent a un grand rôle à jouer dans son développement, il y a aussi certains éléments qui proviennent de l’enfant lui-même et qui nécessiteront surtout d’être compris et respectés pour mieux l’accompagner dans l’évolution de ses différentes habiletés !


Visitez notre boutique en ligne pour nos outils et nos ateliers en direct !

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX!


Rédigé par Laurence Morency-Guay 

Laisser un commentaire