DME et hypersensibilité

Il va sans dire que l’alimentation apporte un tas de découvertes sur les plans sensoriels: goûts, odeurs, textures, température: les bébés réagiront certainement à ces nombreuses stimulations en bouche et entre leurs mains.

Pour certains, ce ne sera qu’une expérience d’exploration parmi tant d’autres dans son quotidien et pour d’autres, il faudra prendre le temps de le laisser découvrir les aliments à son rythme, à coup de petits essais et de répétition.

D’abord, le tempérament de votre enfant sera la cause des réactions variées qu’on peut observer face à la découverte de la nouveauté et aux intensités des différentes sensations que procurent les repas. Il faudra peut-être adapter quelque peu ce qu’on offre au bébé afin de respecter ses limites dans son exploration ou laisser le temps faire son oeuvre.

Qu’en est-il quand les réactions aux aliments sont très vives?

Il est possible que votre bébé réagisse au point de ne pas se montrer enclin à découvrir les aliments: chaque bouchée est recrachée, les repas s’accompagnent de pleurs et un aliment en main entraine du dédain et une réaction forte. Il est possible qu’on doive investiguer si l’inconfort sur le plan sensoriel empêche le bébé de s’alimenter.

La littérature scientifique présente de plus en plus d’informations au sujet des troubles du traitement sensoriel chez les enfants, mais peu de données cliniques sont accessibles. Ainsi, les informations présentées sont encore peu nombreuses, mais on peut déceler chez certains enfants une sensibilité de leur système nerveux occasionnant diverses réactions face à leur environnement, telle une hypersensibilité (tactile, visuelle, statique ou auditive).

Quand les aliments entrainent chez l’enfant une réaction de type combat, fuite ou apathie, les heures de repas seront plus ardus.

Une réaction de combat entraine une résistance du bébé face à la découverte alimentaire: des pleurs, de l’irritabilité, des réactions de colère devant les aliments.

Une réaction de fuite amènera le bébé à refuser complètement d’être installé dans sa chaise ou même de regarder son assiette.

L’apathie entraine une passivité chez le bébé qui ne manifestera aucun intérêt pour la découverte des aliments.

Que faire?

Idéalement, nous vous recommandons l’avis d’un professionnel de la santé qui pourra vous référer à un spécialiste formé pour soutenir votre bébé. Certain.es ergothérapeutes auront des solutions à vous proposer pour aider votre bébé à s’habituer aux stimulations sans le brusquer et à développer des stratégies pour être de plus en plus capable de les tolérer. Avec le développement de l’autorégulation, les enfants seront de plus en plus capable de déployer eux-mêmes des stratégies les amenant à mieux réagir face aux stimulations intenses.

En conclusion, si vous décelez une difficulté chez votre bébé à accepter de manipuler les aliments et de les garder en bouche, on l’accompagne pour l’aider à manger de manière confortable puisqu’il doit consommer des aliments solides à partir de 6 mois!

Références:

Les troubles du traitement sensoriel chez les enfants et les adolescents – eSanteMentale.ca

L’hypersensibilité tactile – TSA

L’hypersensibilité sensorielle – Naitre et Grandir


Tous nos outils par ici!


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :