Squooshi, mon opinion

40601-Variety_6pack_large

Je ne reçois aucune compensation monétaire en échange de mon opinion. J’ai acheté ce produit par mes propres moyens et mon opinion est basée sur mon expérience! 

Je vous présente aujourd’hui le Squooshi une pochette réutilisable. Lire la suite

Recommandations Santé Canada : Résumé et conclusions

image-9

Tout d’abord, résumons en 10 points les nouvelles recommandations de Santé Canada

  • Poursuite de l’allaitement maternel jusqu’à 2 ans ou plus selon les désirs de la mère et de l’enfant.
  • Prise d’un supplément quotidien de vitamine D de 10 µg (400 UI) jusqu’à 24 mois
  • Besoins énergétiques comblés par le lait : 6-8 mois = 4/5 lait, 1/5 nourriture, 9-11 mois = 1/2-1/2 lait, nourriture, 12-24 mois =1/3 lait, 2/3 nourriture
  • Nombre et fréquence des repas : 6-8 mois: 2-3 repas et 1 collation, 9-11 mois : 2-3 repas et 1-2 collations, 12-24 mois = 3 repas et 2-3 collations
  • Aucun ordre d’introduction (excepté : lait de vache vers 9-12 mois, mais produits laitiers à 6 mois et miel à 1 an) Favoriser les aliments riches en fer dès le début
  • Textures grumeleuses au plus tard à 9 mois et aliments à manger avec les doigts dès le début.
  • Éviter la consommation de sucre et de sel
  • Tasse ouverte dès le début, limiter l’usage du gobelet et diminuer l’usage du biberon.
  • Favoriser des aliments nutritifs et riches en bons gras.
  • 12-24 mois : 500 ml de lait de vache 3.25% ou allaitement. Laits végétaux non recommandés.

Maintenant, la grande question!

Sont-ils en faveur de la DME?

Comme vous pouvez déduire suite à  la lecture des recommandations, Santé Canada a fait un gros pas dans la direction d’une alimentation plus autonome et plus proche des « vrais » aliments chez les petits. Ils montrent une grande ouverture pour la DME ou une alimentation plus autonome du moins!

  • En réduisant la période de temps allouée pour les purées e
  • En privilégiant la nourriture à manger avec les doigts assez tôt
  • En introduisant la tasse dès le début
  • En favorisant les repas familiaux composés de vrais aliments à textures variées très tôt.
  • En mentionnant qu’à 1 an, l’enfant devrait manger comme le reste de la famille avec peu ou pas de modifications.

Il est certain qu’ils recommanderont toujours de passer par un stade traditionnel de purées…Pourquoi? Tout simplement parce que cela bouleverserait trop les moeurs et que le grand public mal informé ou pas informé du tout commettrait de nombreux faux-pas au niveau de la sécurité et du choix des aliments. Imaginez celle qui en a entendu parler entre les branches et qui fait de la DME tout croche… en mélangeant la méthode traditionnelle à la cuillère et la DME, elle donne des carottes crues en lui enfonçant ça avec une cuillère bien loin dans la bouche…Bon, j’exagère au maximum, mais tout de même, vous voyez le portrait!

C’est parce que la DME est si loin de la méthode d’introduction traditionnelle que Santé Canada ne pourra jamais la recommander.  Ils s’en approchent cependant beaucoup en prônant une alimentation plus autonome plus rapidement…Bonne nouvelle!


image-1Partie 1 : L’allaitement chez les 6-12 mois

image-6Partie 2 : La diversification chez les 6-12 mois

image-7Partie 3 : L’allaitement et la diversification chez les 12-24 mois


Consultez l’énoncé complet ici : Santé Canada, Société canadienne de pédiatrie, Diététistes du Canada et Comité canadien pour l’allaitement (2014) La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois.

Source des images : Santé Canada

Recommandations Santé Canada : l’allaitement chez les 6-12 mois

Santé Canada a publié son énoncé sur les recommandations pour la nutrition des enfants de 6-24 mois.Il s’agit d’un énoncé conjoint de Santé Canada, de la Société canadienne de pédiatrie, des Diététistes du Canada et du Comité canadien pour l’allaitement qui concerne l’allaitement et la diversification alimentaire chez les 6-24 mois.

Voici un résumé des passages les plus importants à mon avis (extraits directement copiés du site web de Santé Canada). Le résumé du résumé se trouve en rouge!


image-1

L’allaitement maternel constitue une source de nutrition importante pour le nourrisson plus âgé et le jeune enfant lorsqu’on introduit des aliments complémentaires à leur alimentation. On recommande de favoriser l’allaitement maternel jusqu’à deux ans ou plus, tant et aussi longtemps que la mère et l’enfant veulent continuer.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l’allaitement maternel exclusif de la naissance à six mois et la poursuite de l’allaitement maternel, avec une alimentation complémentaire adéquate, jusqu’à l’âge de deux ans ou plus.

De six à douze mois, les nourrissons plus âgés peuvent satisfaire leurs besoins nutritifs grâce à une combinaison de lait maternel et d’aliments complémentaires (Butte et coll., 2004). De six à douze mois, l’allaitement maternel peut combler environ la moitié des besoins énergétiques, et les aliments introduits dans l’alimentation fournissent le reste de l’énergie nécessaire (Michaelsen, Weaver, Branca et Robertson, 2003; OMS, 2009).

L’allaitement au-delà de six mois est associé à un certain nombre d’effets positifs pour la santé du nourrisson et de la mère. Une plus longue durée d’allaitement, combinée à différents autres déterminants, pourrait avoir un effet protecteur contre le surpoids et l’obésité durant l’enfance (Arenz, Rückerl, Koletzko et von Kries, 2004; Scott, Ng et Cobiac, 2012; von Kries et coll., 1999).

Un supplément de vitamine D est recommandé chez les nourrissons et les jeunes enfants allaités ou qui reçoivent du lait maternel. On recommander la prise quotidienne d’un supplément de 10 µg (400 UI) de vitamine D chez les nourrissons et les jeunes enfants allaités ou qui reçoivent du lait maternel.

La vitamine D est un nutriment essentiel. Elle aide l’organisme à utiliser le calcium et le phosphore pour la formation et le maintien des os et des dents solides (IOM, 2011). Le soleil stimule la formation de vitamine D dans la peau; selon les recommandations en vigueur, il faut toutefois éviter toute exposition directe au soleil chez les nourrissons et les jeunes enfants en raison du risque de cancer de la peau (Santé Canada, 2012). La prise quotidienne d’un supplément de vitamine D est recommandée dès la naissance pour tous les nourrissons allaités. Il s’agit d’une mesure efficace de prévention du rachitisme dû à une carence en vitamine D (Lerch & Meissner, 2007).

L’alimentation complémentaire, tout en continuant l’allaitement maternel, fournit l’énergie et les nutriments nécessaires pour répondre aux besoins du nourrisson plus âgé. On recommande d’augmenter progressivement la fréquence quotidienne à laquelle des aliments complémentaires sont offerts, tout en continuant l’allaitement maternel.

Lorsque l’alimentation complémentaire débute, l’allaitement se poursuit selon les signaux émis par le nourrisson. Selon l’OMS, « il est démontré qu’il importe peu que le lait maternel ou des aliments complémentaires soient donnés en premier lors d’un repas. La mère peut prendre la décision qui lui convient et qui répondra le mieux aux besoins de l’enfant » (OMS, 2009), lesquels évolueront en raison du fait que l’enfant vieillit et que son régime alimentaire change.

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et l’OMS ont estimé les besoins énergétiques des nourrissons âgés de 6-8 mois. Les aliments complémentaires comptent pour environ un cinquième des besoins énergétiques totaux (OMS, 2009; OPS, 2003). Entre 9 et 11 mois, ils couvrent un peu moins de la moitié des besoins énergétiques totaux.


image-6Partie 2 : La diversification chez les 6-12 mois

image-7Partie 3 : L’allaitement et la diversification chez les 12-24 mois

image-9Partie 4 : Mes conclusions

 


 

Consultez l’énoncé complet ici : Santé Canada, Société canadienne de pédiatrie, Diététistes du Canada et Comité canadien pour l’allaitement (2014) La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois.

Source des images : Santé Canada