Bébé lance sa nourriture: pourquoi et comment intervenir?

En laissant notre petit trésor explorer par lui-même le merveilleux monde de l’alimentation, il va nécessairement arriver au jour où il va vouloir concilier «se nourrir» et «expérimenter la gravité». À ce moment, c’est parti pour quelques semaines (ok, soyons réalistes… plusieurs mois) d’aliments qui vont partout… sauf dans la bouche! Voici donc quelques explications sur le pourquoi du comment, ainsi que quelques pistes d’interventions, pour traverser cette phase avec le sourire.

Avant toute chose, cet article reflète mon expérience. Il y a toutes sortes de façons de faire, je partage celles qui ont fonctionné pour moi.

Le petit explorateur (vers 7-12 mois)

2017-04-11 (12)

Qui est-il?

À cet âge, bébé découvre encore la nourriture. Il améliore ses capacités rapidement, il trouve des méthodes innovantes pour s’alimenter (la pince avec les doigts, se pencher vers sa nourriture, lécher les tartinades, prendre de grosses bouchées, etc…). Il comprend qu’il a un impact sur le monde qui l’entoure. Il veut comprendre sa réalité, son environnement, alors il teste tout, tout le temps. Il a une patience infinie à faire et refaire ce qui l’intéresse. Et à un moment donné, ce qui l’intéresse, c’est de savoir si les petits pois atteignent le sol plus rapidement que les carottes quand il les lance sur le sol (ou si le son est différent selon quel type de nourriture s’écrase sur le parquet, bref, il essaie tout et n’importe quoi!).

Quoi faire?

Laisser bébé explorer avec le sourire. Après tout, à cet âge, on s’attend à ce que les repas soient salissants. Entre le yogourt dans les cheveux, le riz dispersé partout sur la tablette, que sont quelques morceaux de poulet de plus au sol? Après quelques essais de différents types de nourriture, petit trésor a semblé avoir assouvi sa curiosité pour le duo nourriture/gravité et a plutôt orienté son attention vers d’autres tests (écraser les aliments entre ses doigts par exemple).

En somme:

  • Faire le plein de bavoirs à manches longues, de couvre-sol, de débarbouillettes et de tout ce qui peut faciliter le nettoyage!
  • Sortir son appareil photo, pour des souvenirs mémorables.

Le bambin qui s’affirme (vers 12-18 mois)

img_20170906_064142.jpg

Qui est-il?

Bébé a maintenant beaucoup plus d’expériences et d’assurance. Il ose, il décide, il commence à choisir. Il avait des préférences auparavant, mais maintenant, il les affirme de plus en plus clairement, voire catégoriquement! Il peut encore lancer parfois pour tester, mais il le fait avant tout lorsque ce qu’il mange ne lui convient pas (goût, texture, couleur, forme, etc…) ou alors pour signifier qu’il  a fini de manger. Il peut aussi lancer pour attirer l’attention lorsqu’on l’ignore à table.

Quoi faire?

Bébé commence à démontrer ses préférences, ses envies et sa personnalité. Même si cela demande parfois beaucoup de temps et de persévérance, tenter de le comprendre facilite les interventions à long terme. Il ne faut pas oublier aussi que s’il est enrhumé ou qu’il perce des dents, il peut se montrer très irritable et alors il a besoin du soutien de ses parents, pas de réprimandes!

De notre côté, par exemple, nous avons compris que petit trésor lançait systématiquement ses bâtonnets de concombre, car désormais, elle voulait les manger en rondelle, comme les grands. Une fois cela compris et le tout servi selon ses préférences, elle n’en lançait plus. Nous avons aussi acceptés que certains aliments ne lui tentaient pas, alors on lui proposait autre chose, jusqu’à ce qu’elle en mange avec appétit. Dès fois, cela pouvait aller à 4-5 tentatives, donc j’ai vite appris à me garder plusieurs petits repas que je pouvais servir un à la suite de l’autre, jusqu’à ce que je trouve ce qui lui faisait vraiment envie.

De son côté, nous lui avons expliqué que si elle était assez grande pour exprimer ce genre de besoins, elle était assez grande pour comprendre que si elle n’était pas contente d’un aliment en question ou qu’elle avait terminé son repas, elle pouvait nous le signifier en nous donnant l’aliment en question (certains parents gardent un bol vide sur la tablette pour que bébé «lance» ce qu’il ne veut plus dedans). Plutôt que d’insister sur «Ne lance pas!», nous avons répété inlassablement «Donne ce que tu ne veux pas à maman ou papa!». Ça a pris plusieurs semaines de pratique, mais elle a finalement intégré le comportement voulu (donne ce que tu ne veux pas à maman ou papa) et abandonné le comportement non désiré (lancer sa nourriture au sol).

En somme:

  • Aider bébé à utiliser un comportement alternatif acceptable (lancer dans un bol ou donner à maman ou papa plutôt que de lancer au sol), en lui répétant le bon comportement et en ignorant le mauvais. Le féliciter lorsqu’il réussit!
  • Tenter de respecter ses préférences de goût, de forme et de texture (pas facile avec un bébé qui ne parle pas, mais on fini par y arriver!)
  • Servir de petites quantités à la fois (voir un morceau à la fois)
  • Avoir des alternatives lorsque le repas familial plaît moins à bébé (les restants du dîner ou de la veille font parfois des miracles)
  • Accepter que parfois, bébé n’a pas faim, surtout s’il est enrhumé ou qu’il perce des dents. Il va se reprendre au prochain repas, à la collation, ou le lendemain.
  • Penser à essayer de servir un potage repas ou un popsicle maison nourrissant, un bambin qui perce des dents peut aussi juste ne pas vouloir mâcher, car cela lui cause trop d’inconforts.

À mon avis, c’est la phase la plus exigeante pour le parent, car bébé ne parle pas encore, mais il cherche à exprimer ses préférences. De plus, l’entourage va souvent suggérer d’avoir recours à des solutions punitives (retrait, enlever le repas, réprimandes), ce qui m’apparaît contraire à la quête d’autonomie et de respect du développement de l’enfant véhiculé par la DME. Avec de la patience et du lâcher-prise, on finit par arriver à quelque chose, oui oui 😉

La quête d’autonomie (vers 18-24 mois)

img_20180125_111916.jpg

Qui est-il?

Petit trésor se dirige tranquillement vers la phase du «non». Il veut décider le plus possible, mais il ne le peut pas toujours. Il commence à intégrer les consignes et ce qui est attendu de lui, il sait ce qu’il a le droit de faire ou ce qu’il ne peut pas faire. Il commence à parler, ce qui facilite grandement les échanges et la compréhension mutuelle. Il peut cependant se fâcher très rapidement s’il n’arrive pas à se faire comprendre ou à s’exprimer correctement.  Il manipule ses ustensiles avec de plus en plus d’adresse et il veut manger seul, à sa façon. Il aime plus que tout imiter tout le monde, tout le temps!

Quoi faire?

Petit trésor peut lancer pour attirer l’attention, montrer qu’il n’apprécie pas le repas, ou alors pour tester à nouveau la gravité, cette fois avec ses ustensiles. Toutefois, à cet âge, il sait que ce comportement n’est pas acceptable, mais il a parfois bien du mal à résister à ses impulsions! Un petit rappel du comportement acceptable et quelques félicitations lorsqu’il  fait correctement s’avère souvent bien suffisant. Si bébé est vraiment d’humeur contestataire, lui retirer ses ustensiles quelques instants en lui expliquant qu’ils vont sur la tablette, pas sur le plancher, puis les lui redonner peut fonctionner.

En tant que parent, il faut aussi commencer à se demander s’il est contrarié parce qu’il n’a pas le même ustensile ou le même repas que les grands. Des fois, changer pour une coutellerie qui fait plus «adulte» (par exemple des ustensiles en métal de petit format), ou lui servir la même chose qu’aux adultes, règle le problème. C’est aussi le temps de s’amuser à faire nommer les aliments et les ustensiles à bébé, il peut soudainement retrouver un intérêt pour un aliment simplement parce qu’il arrive à en prononcer le nom correctement. On a évité bien des lancers d’aliments ainsi!

Finalement, selon mes observations, si la consigne de donner à papa ou maman (ou mettre dans le bol ou autre) plutôt que de lancer a bien été intégrée à la phase précédente, il est très rare que bébé lance encore sa nourriture arrivé à cet âge.

En somme:

  • Continuer à appliquer des limites claires et constantes
  • Prendre en considération le grand besoin d’autonomie de petit trésor
  • Détourner l’attention du mauvais comportement (lancer) en l’occupant plutôt à nommer les aliments et les ustensiles

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s